Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Lundi 9 Janvier 2017.

Publié le

Bonjour !

Pendant que Trump 1er fait entrer son gendre à la maison blanche et qu'il compte sur lui pour négocier la paix entre Israéliens et Palestiniens, Meryl Streep dit tout haut ce que la plupart des gens pensent tout bas. Pendant que le premier ministre d'Irlande du Nord démissionne ( Martin McGuinness, c'est son nom, tient à protester contre l'utilisation frauduleuse de l'argent public) François Hollande prépare son voyage en Colombie et sa rencontre avec les FARC et se fout complétement de Médecins sans Frontières qui dénonce les confiscations des couvertures des migrants et des violences policières quotidiennes à l'encontre d'une population déjà en péril.

Il y a quelques jours, un jeune migrant s'est jeté par la fenêtre de son centre d'accueil : Denko 16 ans. Mort de peur. J'ai la rage des gens impuissants.

Alors comme d'habitude, je vais vous parler littérature pour adoucir tout ça. Enfin pas tant que ça ! Parce que ce roman :

c'est juste un moyen pour Tanguy Viel de nous donner la possibilité de rendre justice ! Ah la bonne blague ! En ce moment, si on regarde bien, il y a matière à réflexion dans ce domaine. Kerviel, Sarko, Lagarde, les faucheurs de chaises, Madame Sauvage, la mère d'une petite fille assassinée, tous sont passés dans la machine à juger avec les résultats que l'on connaît. Tanguy Vieil nous emmène donc dans la vie d'un ouvrier breton qui va être très vite dépassé par une succession d'événements et qui va bientôt commettre l'irréparable et se retrouver face à son juge. Le crachin breton va nous chatouiller les neurones. Ce roman est une longue plaidoirie à la vie. Coupable ? Non coupable ? je vous laisse seul juge...

Ce roman est remarquable.

"Un type comme ça, monsieur le juge, un type comme ça, j'ai compris depuis: si ce n'est pas vous qui le faites disparaître, il ne disparaîtra jamais. Il reviendra. Toujours". 

Commenter cet article