Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Lundi 23 Janvier 2017. Carole Fives, Sauramps et la fée éléctricité.

Publié le

Bonjour !

Tout d'abord j'ai une pensée toute particulière pour mes collègues de Sauramps qui ce matin ont débrayé quelques heures, histoire de montrer qu'ils existaient et que la librairie , c'était eux . Alors certes Sauramps est en vente, mais eux ne se laisseront pas vendre à n'importe quel prix , et surtout pas au rabais.

 

Rien à voir avec le sujet précédent, mais j'en ai ras le bol d'entendre dire qu'il faut faire des économies d'énergie car il fait froid et que la France ne produit pas assez d'électricité. Que certaines communes commencent par éteindre les décos de Noël qui pendent encore lamentablement dans les rues, que les enseignes des grandes surfaces soient coupées après 22 h , que les petits commerces éteignent leurs vitrines et après , de mon côté, je lancerais peut-être ma machine à laver en heures creuses.

Voilà, je me sens beaucoup mieux pour vous présenter le livre du jour!

Qui n'a jamais voulu raccrocher au nez de sa chère mère ? C'est le sujet du jour ! Et voici la couverture d'un livre à mettre dans toutes les mains:

Carole Fives nous démontre une fois de plus son talent de portraitiste :Charlène est la mère que nous avons ou que nous avons eu, ou bien,  que nous avons été ou que nous serons peut-être ? Et quand vous aurez lu, vous me direz " oh non ! surtout pas " ! Ses angoisses ou ses doutes ressemblent  pas mal aux nôtres mais elle, n'a pas de filtre, elle dit ce qu'elle pense, toujours, elle peut aimer et détester dans la même phrase ! Elle ne peut pas aimer vraiment, elle ne sait pas comment on fait. On va la trouver ignoble, touchante, chiante, méchante, parfois tendre.  Dépressive, malade, amoureuse, souffrant de solitude aigüe, cette mère laisse des messages désespérés  sur le répondeur de sa fille, et la retranscription de leurs communications nous fait passer du rire aux larmes. Je vous défie de ne pas vous retrouver une fois dans ce petit roman . Attention ! Parfois, ça pique un peu les yeux !

Commenter cet article